Une salve d’avenir

Une salve d’avenir

Capture9_590x330

Le monde de la science et le monde de l’art connaissent chacun une crise. Cette crise est également profonde. Elle est également éprouvante. Mais elle ne produit pas ses effets de la même manière.

La crise que traverse le monde de la science a l’apparence d’un problème de statut. Le chercheur voit sa liberté d’investigation se restreindre avec le financement par projet. Son temps de réflexion s’amenuise avec la course aux publications. L’ingénieur voit le prestige de son diplôme décroître auprès des entreprises. Son intelligence est challengée par des machines. Désormais, son rôle est celui d’un exécutant dans les projets. D’une manière générale, la parole scientifique est dévalorisée. Mais ce problème de statut peine à masquer une crise de paradigme. On a cru pendant longtemps que le scientifique produisait une vérité utile à tous. Avec les scandales des expertises corrompues, on a appris qu’il produisait parfois un mensonge criminel. Avec la prise de conscience écologique, on a compris qu’il produisait aussi un monde invivable.

Nulle part ailleurs qu’à l’université, on éprouve aussi durement la fin d’un modèle où le scientifique est un savant dont la connaissance serait immense et la prétention serait universelle. Non seulement la connaissance est omniprésente sur Internet, mais son obsolescence s’est accrue au point où la durée de vie d’une expertise se compte désormais en mois. Enfin l’inflation vertigineuse des savoirs qui caractérise notre époque a rabattu cruellement la prétention universelle du savoir scientifique. Désormais, ce savoir est un savoir parmi d‘autres, qui paraissent aux yeux modernes plus utiles, ou bien seulement plus excitants.

La crise que traverse le monde de l’art prend aussi l’aspect d’un problème de statut. Certes, ce problème n’est pas nouveau. On le trouve depuis longtemps dans son sillage sous la forme d’une dévalorisation qui n’est pas toujours évidente à percevoir. Le statut de l’artiste fait l’objet d’un flou et la perte de valeur des pratiques artistiques critiques et expérimentales ne fait qu’augmenter. Derrière ce constat se trouvent différentes réalités agissantes. Notons certains efforts de démocratisation artistique qui dévaluent la valeur intrinsèque des artistes en confondant créativité et art afin de faire de tout le monde un artiste. Notons aussi les politiques publiques qui tendent à instrumentaliser les arts à des fins économiques, de revitalisation urbaine ou de développement touristique sans jamais miser sur sa valeur fondamentale et ses apports esthétiques et critiques. Pensons également à certaines nouvelles industries culturelles qui dévaluent les pratiques artistiques indépendantes en revendiquant le statut d’œuvre d’art pour leurs productions visant d’abord et avant tout le consensus et la popularité.

Aucune de ces réalités agissantes ne visent directement la dévalorisation des pratiques artistiques, mais elles sont certainement le symptôme de quelque chose de brisé. Elles engendrent toutes une visibilité moindre de l’art auprès du public. Elles brouillent les frontières entre ce qui relève de l’art et ce qui appartient à quelque chose d’autre. L’indétermination qui s’ensuit entraîne un discrédit des pratiques artistiques contemporaines aux yeux des publics, rendant plus difficile sa réception et sa médiation. Peut-être faudrait-il se demander si nous souhaitons encore d’un rapport critique au monde, qui permette de prendre en compte toute sa complexité ?

En même temps que nous observons ces crises, nous sommes le témoin d’une intensification des relations art-science. Les initiatives se multiplient qui reprennent ce thème, ou se mettent sous cette égide. Les mondes de l’art et de la science se réunissent de plus en plus souvent. Malheureusement, leur relation reste teintée d’un mélange d’ignorance et d’attraction. Et on ne peut que constater que les deux mondes s’approchent encore sous la forme d’une instrumentalisation réciproque. Chacun reste campé dans sa logique et sa manière de faire.

Face à ce constat, nous ne pouvons rester impuissant. Nous, ce sont des travailleurs culturels, des artistes et des scientifiques regroupés sous la bannière d’un lieu d’art contemporain : Sporobole. Nous croyons chacun à notre manière en l’art et en la science. Nous nous rejoignons à penser qu’il y a plus à sauver qu’à détruire dans cette crise. Nous avons en commun de vouloir agir en ce sens.

Notre intention est de contribuer à renouveler chacun de ces mondes, en puisant chez l’autre les ressources qui rendront possible cette transformation.

Pour ce faire nous aménageons – dans le contexte de Sporobole et de son mandat de réaffirmation des pratiques artistiques actuelles – les conditions d’un espace de recherche égalitaire et désintrumentalisé. Cet espace sera un lieu de réflexion, de publication et d’expérimentation. Il s’agira d’explorer comment la science travaille l’art et inversement. De quelle manière ils s’influencent, s’inspirent et s’affectent réciproquement. Il s’agira de contribuer à un enrichissement de la gamme des interactions entre ces deux mondes, en sorte de contrecarrer leur tendance naturelle à s’instrumentaliser.

Nous avons choisi deux sujets pour commencer cette recherche. Il s’agit de thématiques qui nous intéressent, dont nous pensons qu’ils peuvent constituer des motifs de renouvellement puissants.

Le premier sujet s’intitule « Savoir et contre-savoir ».

L’art a cette capacité de générer des savoirs multiples : il est polysémique et plurivoque. Il peut émaner d’une œuvre autant d’avenues de réflexion que d’individus qui souhaitent y réfléchir. Ces savoirs sont de nature diverses et se déploient à différents niveaux. Souvent implicites et intuitifs, ils se manifestent aussi à travers les sens. Le langage des œuvres est aujourd’hui très diversifié : il n’appartient plus seulement au monde visible, mais se déploie à travers l’interactivité, le son, l’immersion, etc. À l’inverse, la science tend généralement vers des réponses univoques. Les savoirs scientifiques sont porteurs d’une responsabilité élémentaire : celle de contribuer à fonder le savoir que l’on a du monde, d’en instaurer les assises.

Il s’agira de voir en quoi les pratiques artistiques actuelles – tant les œuvres que les processus de création eux-mêmes – génèrent des savoirs singuliers, au croisement de ceux des sciences, contribuant à embrasser toute la complexité du monde dans lequel nous évoluons. En examinant des œuvres en particulier ou en interrogeant des pratiques artistiques, il sera possible de dégager des éléments de compréhension des dynamiques art-science et d’observer des mécaniques de production de savoirs.

Le deuxième sujet s’intitule « Efficacité et inefficacité ».

L’efficacité est un attribut du paradigme scientifique. C’est une vertu dont les scientifiques se parent, et qu’on leur reconnaît volontiers, d’ailleurs. De fait, la science transforme le monde d’une manière extrêmement efficace à travers la technologie. Dans quelle mesure cette efficacité n’est-elle pas limitée, c’est une question que nous nous poserons.

Le monde de l’art, de son côté, ne reconnaît pas le mot « efficacité » comme familier. Pourtant, à y regarder de plus près, on doit attribuer une certaine efficacité à l’art. C’est une efficacité critique d’abord : qui d’autre interroge aussi continûment et aussi profondément notre manière d’être au monde ? Mais pas seulement. Il y a une efficacité très pratique, par exemple, dans la manière dont les artistes gèrent leurs projets. Des projets qui sont le plus souvent indéterminés et se déploient dans un temps qui est celui de la gestation. Dans quelle mesure la geste artistique n’est pas extrêmement efficace, c’est une autre des questions que nous nous poserons. Bien sûr, il s’agira de s’interroger si l’efficacité de l’un ne pourrait pas être une ressource pour l’autre.

“A chaque effondrement des preuves, le poète répond par une salve d’avenir” – René Char

Miguel Aubouy, Nathalie Bachand & Éric Desmarais

Crédits photo : Tanya St-Pierre

3 Novembre 2017 | Retour aux actualités

Commentaires

Aucun commentaire présentement.

Écrire un commentaire