t

Le passé est un pays étranger + le test de la chaise

Exposition

Le passé est un pays...

John Latour

22.01 — 21.02 / 2016

Vernissage le 22 Janvier 2016 – 17 h

Le passé est un pays étranger + Le test de la chaise

Cette exposition individuelle explore les intersections entre l’art contemporain, les relations temporelles et la recherche paranormale. Dans Le passé est un pays étranger, Latour présente des œuvres bidimensionnelles et en trois dimensions pour voir comment le «  passé  » filtre à travers les textes, les images et les objets d’époque. Le test de la chaise invite les spectateurs à tester leurs capacités prémonitoires à travers une installation interactive basée sur un examen paranormal du vingtième siècle.

en savoir plus…

I. Le passé est un pays étranger

John Latour présente une vingtaine de ces œuvres textuelles et photographiques ainsi que deux sculptures dans cette section de l’exposition.

Œuvres textuelles  : cette série d’œuvres sur papier dérive de deux sources littéraires  : Frankenstein et L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Certaines pages de ces romans gothiques ont été retirées de leur reliure et ont été soumises à une technique d’effacement. En utilisant de la peinture blanche pour masquer des mots et des passages de textes, de nouvelles histoires émergent des mots qui demeurent sur la page. Présentées dans des cadres d’époque, elles ressemblent à des devises édifiantes bien que leurs nouveaux sens restent ambigus.

Œuvres photographiques  : des mouchetures de peinture blanche recouvrent de vieux portraits ou clichés instantanés de personnes anonymes des années 1920 aux années 1950. Ce projet fait référence à la disparition inévitable des sujets au fil du temps.

Sculptures  : Depuis 2000, Latour utilise des objets trouvés d’époque dans sa pratique sculpturale. En apportant des modifications mineures ou majeures à ces objets, il les transforme d’une manière qui évoque à la fois une présence humaine et son absence. Pour Le passé est un pays étranger, Latour présente une chaise sculptée qu’il a produite en 2002 ainsi qu’une sculpture de 2009 intitulée Le visiteur.

Cette deuxième œuvre n’a jamais été exposée à ce jour. En voici une brève description :

Au centre de cette sculpture se trouve une grande table en bois à huit pattes. La table, un objet trouvé, est suspendue et entourée par huit autres objets trouvés d’époque. Chaque petit élément est attaché à l’une des pattes de la table par un câble métallique (ou un fil) qui descend du plafond. Comme la table, chacun des huit objets est suspendu dans l’air. La masse de la table est égale à la masse de l’ensemble de tous les autres objets. Dans cette optique, la sculpture flotte dans un état d’équilibre.
Le visiteur comprend trois éléments traditionnellement associés avec les séances : une table en lévitation, des petits objets qui flottent en l’air, et un faible et inexplicable bruit de musique. L’œuvre intègre une bande sonore minimaliste de dix minutes. Cette bande sonore est tirée d’un enregistrement musical du début des années 1920. La chanson d’origine a été modifiée et n’est plus reconnaissable.

II. Le test de la chaise


Ce travail participatif invite les spectateurs à tester leurs capacités à entrevoir l’avenir à travers l’art. Dans un «  test de la chaise  » traditionnel, un individu choisit une chaise au hasard dans un groupe de chaises pour être utilisée lors d’une fonction publique à venir. Il ou elle est ensuite invité(e) à décrire la personne qui, à son insu, finira par assister à cette fonction publique et occuper la chaise.

Aux fins de cette exposition, le test a été modifié et simplifié. Une chaise installée dans la galerie et accompagnée d’un questionnaire à compléter. Les participants seront invités à s’asseoir dans le fauteuil et à se décrire en répondant à une courte série de questions. Ils seront également invités à imaginer la prochaine personne qui occupera le fauteuil et à répondre à une courte série de questions sur cette personne inconnue. La feuille du questionnaire fournit un espace pour que l’individu puisse dessiner son autoportrait et un espace pour dessiner le prochain occupant de la chaise.

 À l’issue de ce travail, chaque participant sera invité à enregistrer la date et l’heure de son implication dans le projet sur le questionnaire et à l’épingler sur un mur dans la galerie. Le public sera alors en mesure de visualiser et de comparer tous les questionnaires dans l’ordre chronologique afin de déterminer comment les participants ont prédit l’avenir.

John Latour est un artiste visuel qui vit et travaille à Montréal. Il détient un baccalauréat en arts visuels, une maîtrise en bibliothéconomie et une maîtrise en histoire de l’art. Il a eu des expositions individuelles en Alberta, Ontario et Québec. Il a participé à des expositions collectives au Canada et aux États-Unis. Il a reçu des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts du Canada et du Ontario Arts Council. Il est représenté par Pierre-François Ouellette art contemporain.

L’artiste remercie le Conseil des arts du Canada pour son support financier.

www.johnlatourart.com

/// John Latour /// Présentation du projet Le passé est un pays étranger + le test de la chaise /// from Sporobole on Vimeo.

 

01 /// John Latour /// Conférence d’artiste from Sporobole on Vimeo.

 

Photographies : Tanya St-Pierre

Biographie

John Latour est un artiste visuel qui vit et travail à Montréal. Il détient un baccalauréat en arts visuels, un MLIS et une maîtrise en histoire de l’art. Il a eu des expositions individuelles en Alberta, Ontario et Québec. Il a participé à des expositions collectives au Canada et aux États-Unis. Il a reçu des bourses du Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts du Canada et du Ontario Arts Council. Il est représenté par Pierre-François Ouellette art contemporain.

www.johnlatourart.com
www.pfoac.com