De la technologie blanche à la technologie noire

De la technologie blanche à la technologie noire

 

karim-ghantous-329207 | réduit

L’histoire des innovations nous montre deux choses. Premièrement, toute innovation procède d’un rêve ancien qu’elle réactualise. Deuxièmement, elle est le point de départ d’une suite imprévisible de conséquences dont toutes ne sont pas heureuses. Je trouve tout cela dans l’article Artists And Criminals: On The Cutting Edge Of Tech, de Laura Sydell, à l’exception peut-être de la réponse à cette question : qui boit ?

Le téléphone cellulaire est probablement l’objet le plus vendu au monde, mais pourquoi ? À cette question, le sociologue Franco La Cecla avait fait une réponse lumineuse. Le téléphone cellulaire représente « la promesse d’une présence ». À tout moment, n’importe où, l’utilisateur possède la possibilité d’activer la parole d’un proche. C’est donc un vieux rêve qui s’est matérialisé avec le téléphone portable : celui d’être toujours à portée de voix d’un être qu’il soit aimé ou seulement connu. C’est un talisman qui permet de conjurer une peur inscrite dans notre cerveau le plus archaïque : celle de se trouver seul, perdu, sans ressources.

Ce rêve n’était pas celui des inventeurs de l’objet. Pourquoi ? Parce qu’il en va toujours ainsi. Ce n’est jamais le petit groupe d’inventeur qui donne son sens à l’invention : ce sont les utilisateurs. On peut trouver deux indices de cela. Le premier c’est que l’on ne trouve aucun texte datant de l’invention du téléphone portable qui évoque ce rêve. Deuxièmement, personne n’a anticipé le succès du téléphone portable. À la fin des années 80, les ingénieurs de France Télécom (l’organisme d’état régissant les télécommunications en France) affirmaient dans leur journal interne qu’il n’y avait pas d’avenir grand public pour le téléphone portable. C’était un objet de luxe, fait pour les besoins de communication de professionnels se déplaçant en voiture.

Ce schéma est générique pour une innovation. Les inventeurs assemblent des technologies nouvellement disponibles dans l’idée de satisfaire un besoin patent (communiquer plus vite dans un cadre professionnel). Les utilisateurs détournent l’invention de son usage premier, pour satisfaire un rêve latent (ne jamais se retrouver démuni). Le rêve n’est pas nouveau.  Il est même parfois aussi ancien que les humains. Mais il trouve en cette invention une manière de s’actualiser autrement. C’est ainsi qu’une invention trouve un marché : elle devient une innovation qui diffuse jusqu’à (parfois) envahir la planète.

L’histoire des innovations telle qu’on la raconte s’arrête là, en général. En réalité, l’histoire ne s’arrête jamais là. Elle continue avec deux autres personnages : l’artiste et le criminel.

L’artiste détourne le rêve sous-jacent à l’innovation. Il le fait de deux manières. D’abord en utilisant l’innovation comme outil pour produire une nouvelle matière artistique. Les exemples historiques abondent : la photographie, la vidéo, l’informatique… L’actualité nous fournit un cas particulièrement pertinent de ce type de détournement sur l’objet qui nous intéresse : le dernier film du réalisateur Steven Soderbergh, titré Unsane, est sorti en salle le 23 mars 2018 aux Etats-Unis. Il a été entièrement filmé avec un iphone 7.

Mais on trouve aussi des artistes qui détournent le rêve sous-jacent à l’innovation d’une autre manière : en montrant comment ce rêve tel qu’il s’incarne dans la nouvelle technologie est vain ou dangereux. À l’été 2017, à Londres, la galerie Saatchi a montré une exposition intitulée « Selfie to self expression ». Celle-ci présentait (entre autres choses) des reproductions d’œuvres majeures (Rembrandt…), en laissant au public la possibilité de les « liker » sur un téléphone mis à disposition.  On peut penser que c’est notre rapport au monde médié par le téléphone qui se trouvait ainsi questionné. C’est la valeur de cette médiation qui est critiquée, selon moi*.

Enfin le criminel nous montre à quel point ce rêve est réservé à un petit nombre. Car la vaste majorité des gens n’ont pas accès au rêve que vend la société à travers la technologie de pointe. Parmi eux, une infime minorité commet des actions illégales pour atteindre le statut que la société leur refuse. Ce sont les criminels. Comme les artistes, ils détournent la technologie. Comme eux, ils le font de deux manières.

Premièrement, ils le font en utilisant la technologie pour donner de nouveaux moyens à leurs actions. Les « go-fast » sont des convois de transports de drogues ultra rapides qui se font de nuit, en utilisant trois voitures. Les trois voitures roulent à grande vitesse à quelques kilomètres les unes des autres. Seule la voiture du milieu contient la drogue. Elles communiquent en permanence avec des téléphones portables, en sorte que si l’une des voitures qui ouvre ou ferme le convoi rencontre une patrouille de police, l’autre peut s’échapper.

Deuxièmement, ils corrompent le rêve contenu dans la technologie. Par exemple en utilisant la technologie pour accéder à la sphère d’intimité des gens (hacking de téléphone de célébrités), ou en feignant une présence connue (arnaque au « faux patron »).

 

Conclusion : Qui boit ?

Dans les Chroniques qui furent publiées après sa mort, l’écrivain Jean-Patrick Manchette retrace l’histoire du roman policier. Il revient notamment sur l’apparition du roman noir dans les années 1930, aux Etats-Unis.

La première époque du roman policier, explique Jean-Patrick Manchette, est celle des inspecteurs. Ce sont typiquement les héros des romans d’Agatha Christie ou d’Arthur Conan Doyle : Sherlock Holmes, Hercule Poirot, Miss Marple. L’objectif de ces héros est de restaurer l’intégrité du tissu social après qu’un crime a été commis. Le roman est la chronique de cette réparation. Invariablement, le récit se finit par la découverte de la vérité. Non seulement la société est réparée, mais elle triomphe.

L’apparition du roman noir américain correspond à une rupture dans ce schéma. Les personnages principaux des livres de Dashiell Hammett, par exemple, ne sont plus des inspecteurs, ce sont des détectives. Leur objectif est toujours de résoudre un crime, mais ils ne le font plus au nom du bien. Si la vérité finit par être découverte, elle n’est jamais si claire, si belle qu’on puisse parler d’un triomphe. Rien ne gagne véritablement dans ces récits. D’où leur noirceur.

Le détective dans le roman noir américain a une caractéristique supplémentaire : il boit. Beaucoup. Trop. Pourquoi boit-il ? Parce qu’il a compris que sa tâche est vaine, nous explique Jean-Patrick Manchette. Le processus par lequel il en arrive à trouver la vérité est aussi celui d’une désillusion. Il boit pour oublier que ce n’est pas tant le criminel le problème, que la société toute entière. La déchirure est plus grave qu’il ne croyait. Le mal est plus profond qu’on ne le pense. La faute est ailleurs. Elle devient irréparable.

Un autre whiskey, s’il vous plaît.

Dans l’article Artists And Criminals: On The Cutting Edge Of Tech Laura Sydell s’interroge : comment se fait-il que les grands innovateurs modernes soient incapables de comprendre le sens de ce qu’ils font. Elle mentionne les noms de Mark Zuckerberg (Facebook), Steve Jobs (Apple), Sergey Brin et Larry Page (Google), Marissa Mayer (Yahoo). Elle ajoute : « Ces grands visionnaires étaient motivés par la perspective que leurs inventions amélioreraient la vie des gens, ou par la promesse de gagner beaucoup d’argent, ou par les deux. Mais dans tous les cas, une chose est claire : ils ont rarement anticipé ce qui arriverait lorsque leurs magnifiques inventions rencontreraient le monde réel. ».

Les inventeurs sont portés par le rêve que leur technologie résolve un problème de l’humanité. Qu’elle améliore la vie des gens. Que le monde devienne un endroit meilleur, pour reprendre l’expression américaine bien connue (« make the world a better place »). C’est l’équivalent de la première époque du roman policier, lorsque Hercule Poirot était persuadé d’œuvrer pour le bien de la société. On pourrait l’appeler l’époque de la « technologie blanche ».

Mais nous entrons dans une deuxième période : lorsque l’on commence à douter que la technologie soit une solution aux problèmes des humains. Lorsque l’on voit qu’elle est peut-être une source de problèmes plus graves encore. Lorsqu’on se demande si les problèmes que l’on cherche à résoudre ne sont pas des faux problèmes créés par la société elle-même. On pourrait l’appeler l’époque de la « technologie noire », par analogie avec l’appellation « roman noir ».

Oui, les artistes et les criminels sont les seuls capables de révéler le sens des technologies, parce que leurs inventeurs sont trop occupés à rêver qu’ils sauvent le monde, et leurs utilisateurs sont trop heureux de se sauver eux-mêmes. Les premiers, de part leur sensibilité, arrivent à saisir ce qu’il y a de vain, d’illusoire et peut-être même de dangereux dans le rêve technologique. Les autres, de part leur marginalité, cherchent les failles du rêve. Tous les endroits et toutes les manières de le corrompre.

Les hackers le savent. Les artistes le savent. Les criminels le savent. Nous le savons.

L’article de Laura Sydell est un signal faible, je crois, du fait que nous basculons dans l’autre époque : celle où rien ne gagne véritablement avec la technologie. Il est, peut-être, aussi, une indication que les entrepreneurs vont bientôt se mettre à boire plus que de raison.

Miguel Aubouy

* Merci à Tanya Saint-Pierre de m’avoir signalé cette exposition.

crédit photographique : Karim Ghantous (unsplash)

7 Avril 2018 | Retour aux actualités

Commentaires

Bastien Gilbert

De toute beauté! Même si j'ai un problème avec la voiture qui ferme le convoi du go-fast et qui rencontre un policier... permettant à la voiture du milieu de s'échapper. Y'a comme une erreur de logique ou je ne comprends rien au crime! Sinon, j'adore le couple artiste-criminel: indispensable en société.

Écrire un commentaire